NOTICES BIOGRAPHIQUES DES BOURSIERS

Home
Description du Programme
« L’Islam et les droits de l’homme »
Les chercheurs du programme
Articles
Bibliographie
Profil des chercheurs
Ressources pour la recherche en faveur du changement social
Version anglaise

> Biographies des chercheurs
Projets de recherche

Les chercheurs du programme

APERÇU BIOGRAPHIQUE DES CHERCHEURS ASSOCIÉS

Hameed O. Agberemi est Coordinateur suppléant et Directeur de recherche pour Al-Fataah, une organisation non-gouvernementale basée à Ibadan, qui travaille pour les droits de la Femme et de la Santé en matière de reproduction, dans le contexte de l’Islam.  Il est également membre de la Société d’Études Sociales de l’Islam au Nigeria [Society for the Social Study of Islam], réseau de recherche et de soutien appuyé dont le but est de développer un électorat local légitime en matière de droits et de paix.  À travers sa recherche, il explore les implications du décret de promulgation de la Shari’ah au sud-ouest du Nigeria pour la construction de la paix, ainsi que pour les droits des femmes et des non-musulmans. Hameed est candidat à un diplôme de maîtrise dans le domaine des études de la paix et des conflits [Peace and Conflict Studies] à l’Institut des Études d’Afrique [Institute of African Studies] de l’Université d’Ibadan [University of Ibadan], où il a déjà reçu un diplôme de troisième cycle en Éducation. Il a obtenu son premier diplôme en Technologies et Sciences Alimentaires à l’Université Obafemi Awolowo au Nigeria.

E-mail : hagberemi@law.emory.edu

Ali Ahmad est chargé de cours à l’Université de Bayero au Nigeria. Ses recherches portent sur la mise en pratique récente du Shari’a au Nigeria, et ses conséquences vis-à-vis des droits de l’Homme et de la démocratie.  Ahmad possède un doctorat en droit (S.J.D.) de la faculté de droit de l’Université George Washington, une maîtrise en droit (LL.M.) de l’Université de Harvard, ainsi qu’une licence en droit (LL.B.) de l’Université de Bayero.


E-mail: aahmad@law.emory.edu

Salbiah Ahmad est avocate en Malaisie.  Elle a étudié le droit à l’Université de Singapour.  Depuis plus de quinze ans, sa recherche porte sur la femme, la religion et les questions de droit, tant à l’échelle régionale qu’à l’échelle nationale.  Elle rédige une rubrique intitulée MALAYA ! sur le site www.nalaysiakini.com, qui s’interroge sur des questions liées à la démocratie, aux droits de l’Homme, au droit et à l’Islam.  Elle travaille actuellement sur un projet d’étude de l’Islam en Malaisie, du point de vue des droits de l’Homme et de la constitution.

Email: sahmad@law.emory.edu

Jamila Bargach est professeur adjoint en sciences sociales à l’Ecole nationale d’architecture au Maroc [National School of Architecture].  Elle veut, pour son projet, travailler avec des associations musulmanes locales dans l’un des plus vieux quartiers pauvres du Maroc, dans le but d’obtenir une reconnaissance officielle des habitants dudit quartier par le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.  Elle possède un doctorat en anthropologie culturelle de l’Université Rice.

Email: jamila_bargach@usa.net

Codou Bop est coordinatrice du Groupe de Recherche sur Les Femmes et Les Lois au Sénégal (GREFELS), une organisation sénégalaise qui organise des campagnes contre le non-respect des droits de la femme.  Elle est également affiliée à beaucoup d’autres groupes de défense des droits de la femme en Afrique.  Son projet de recherche se concentre sur l’impact du droit islamique sur les droits de reproduction des femmes au Sénégal.  Elle a été membre de la commission qui a créé le premier programme sénégalais pour la santé dans la reproduction.  Elle a organisé des campagnes qui ont été couronnées de succès pour l’obtention de lois punissant la violence contre les femmes, y compris la mutilation des organes génitaux féminins, la violence domestique, la pédophilie, le harcèlement sexuel, le viol et l’inceste. Elle a fait ses études à l’Université de Dakar, à l’Université de la Sorbonne, à Rutgers University, et elle a obtenu un diplôme de maîtrise en histoire à l’Université de Paris VII. 

E-mail: codoubop@sentoo.sn

Siti Ruhaini Dzuhayatin est chargée de cours de sociologie, et elle est la Directrice du Centre pour les études de la femme à l’Institut d’état des études de l’Islam à Yogyakarta, en Indonésie [Center for Women Studies, State Institute of Islamic Studies].  Sa recherche se concentre sur la prévalence et l’influence politique du fondamentalisme islamique, et ses effets préjudiciables sur les femmes en Indonésie.


Jamail A. Kamlian est professeur d’histoire, et il est le Vice-Président du Bureau de recherche et d’extension [Vice Chancellor, Office of Research and Extension] à l’Université d’état Mindanao-Institut LLigan de technologie (MSU-IIT) à Lligan City aux Philippines.  Son projet vise à déterminer les implications des pratiques islamiques traditionnelles et de l’institutionalisation de la loi du Shari’a sur les droits de la femme ainsi que la justice pour tous les sexes parmi les Philippins musulmans au sud des Philippines.  Jamail possède un doctorat en Études sur les Philippines ainsi qu’une maîtrise en Études sur l’Asie, diplômes qu’il a obtenus à l’Université des Philippines. 

E-mail: jkamlian@law.emory.edu

Lily Zakiyah Munir est la Directrice du Centre d’études sur les pesantren (internats islamiques) et la démocratie à Jombang en Indonésie.  Sa recherche se concentre sur les facteurs qui pourraient être à l’origine de la demande d’inscription de la charia dans la constitution, et l’impact de cette demande sur l’égalité et l’équité des sexes.

Email: lmunir@law.emory.edu

Huda Seif possède une maîtrise de philosophie ainsi qu’un doctorat en anthropologie de l’Université de Columbia.  Son travail vise à promouvoir une plate-forme juridique et islamique qui s’intéressera aux droits constitutionnels des groupes ethniques minoritaires au Yémen, où l’on empêche, depuis plusieurs siècles, les individus d’origines africaines mixtes de détenir des postes de haut niveau ou des postes gouvernementaux, ainsi que de posséder des terres.  Auparavant, Seif a travaillé pour les Nations Unies en Afghanistan, en Somalie et au Yémen.  En tant qu’Officier des Nations Unies pour les droits de l’Homme et l’égalité des sexes, elle a aidé les femmes à gagner accès aux services gouvernementaux basiques tels que les soins médicaux et l’éducation. 

E-mail : hs126@columbia.edu

Recep Senturk est chercheur-boursier au Centre islamique de recherche [Islamic Research Center], à Istanbul.  Son projet de recherche consiste à étudier la question des droits universels de l’Homme selon les deux courants classiques de la pensée juridique islamique. Le premier correspond à l’école d’Abu Hanifa (699-767), qui présume que tous les êtres humains possèdent certains droits basiques (« ismah »), qu’aucune autorité ne peut leur enlever.  L’autre école, menée par al-Shafi (767-820), défend l’idée que les non-musulmans ne sont pas dignes de l’« ismah », à moins qu’ils ne fassent un traité avec l’état musulman et lui paient des impôts en échange de sa protection.  Senturk a l’intention de démontrer que l’Islam classique offre une base philosophique solide à la conception moderne des droits universels de l’Homme.  Il possède un doctorat en sociologie de l’Université de Columbia. 

Email: ras13@turk.net